Entre recyclage et innovation : quelle didactique pour demain ? Approches critiques

L’innovation pédagogique, notamment par le développement du champ des Humanités numériques, s’impose aujourd’hui comme réflexion fondamentale de la didactique deslangues. Le 9ème colloque de CAMPUS-FLE/ADCUEFE de Caen se donne comme objet de questionnement ce qui relève de l’innovation pédagogique dans l’enseignement-apprentissage des langues, tant sur le plan théorique que sur le plan pratique. Pourtant, la frontière est mince entre ce qui semble innovant et ce qui l’est vraiment : les fameuses « Nouvelles » technologies de la communication sont désormais et depuis plusieurs années devenues de simples technologies de la communication, alors même qu’elles restent toujours parfois innovantes dans les pratiques de classe. Ainsi le développement de ce qu’on a coutume d’appeler « Humanités Numériques », corrélé aux apports des sciences dites connexes (sciences cognitives, neurosciences, psychologie sociale, etc.) constitue finalement le substrat de ce que sera la didactique des langues de demain.

Ce colloque propose 4 axes d’étude :

Axe 1 Théories / histoire de la didactique du FLE/S

Il apparaît essentiel et fondamentald’établir des liens épistémologiques pour comprendre le présent de la didactique du FLE. Au regard de l’histoire d’une discipline, il devient possible de mieux comprendre certainesréalités présentes. C’est le cas par exemple des usages méthodologiques d’aujourd’hui,résultant d’une évolution constante depuis la moitié du XXe siècle. Nous pouvons par exemple faire référence à la compétence de médiation que le CECRL met en exergue dans la version de 2018, ou encore du courant post-méthode qui émerge dans le champ d’une didactique qui se réclame encore massivement de l’approche actionnelle.

Axe 2 Méthodologies et pratiques « innovantes » 

un état des lieux s’impose concernant ce qui est appelé « innovant » dans le domaine de la didactique des langues. Sur les plans méthodologiques et pratiques, la recherche a ouvert de nouvelles voies depuis une vingtaine d’années, que cela soit à propos de la didactique en contexte plurilingue, de la place et desusages des outils technologiques dans les situations d’enseignement-apprentissage, etc. Onpeut aussi s’interroger sur la manière dont les nouveaux contextes migratoires et la spécificité des nouveaux publics ont influencé les approches didactiques.

Axe 3 Numérique et didactique : quels nouveaux apports ?

La prise en compte du numérique comme composante de la didactique du FLE n’est plus fondamentalement innovante, dans le sens où elle existe depuis des années. Mais paradoxalement, peu de dispositifs d’apprentissage s’appuient sur ces considérations. L’hybridation des formations, le recours aux outils numériques en classe ou bien le développement et l’évolution des formations via des plateformes numériques d’apprentissage invitent logiquement à réfléchirsur les apports effectifs des formations et sur les évolutions à venir dans un futur proche.

Axe 4 Quelles articulations avec les disciplines connexes ?

Enfin, l’évolution de ladidactique est intimement liée à l’évolution d’autres domaines grâce auxquels elle peut franchir de nouveaux paliers. De la psychologie des apprentissages aux neurosciences, force est de constater que ces domaines connexes participent à l’évolution de la didactique du FLE,en validant notamment certaines hypothèses plus anciennes, comme par exemple l’importancede la boucle audio-phonatoire en phonétique corrective validée par la découverte desneurones-miroirs.

Ce colloque s’adresse à tout enseignant de langues, futur enseignant ou acteur del’enseignement-apprentissage des langues désireux d’inscrire la réflexion didactique au coeur de la professionnalisation. Il contribue à une réflexion commune sur l’art de conjuguerl’expérience professionnelle avec sa conceptualisation, développée dans des dispositifs deformation responsables capables de répondre aux attentes des enseignants de langues et de lesoutiller conceptuellement pour le développement des compétences d’apprentissage et detransmission, et pour une adaptation professionnelle aux nouveaux contextes.

Proposition de résumé et soumission

Les communications (de 20 minutes, suivies de 10 minutes d’échanges) seront réparties selon

les quatre axes proposés. La soumission des communications se fera sous la forme d’un

résumé d’environ 600 signes (espaces compris).

La proposition de communication comprendra : le titre, 5 mots clés, le résumé et une bibliographie sélective.

Calendrier 

Envoi des propositions avant le 20 décembre 2019

Dépôt sur la plateforme sciences conf : https://adcuefecaen2020.sciencesconf.org

Notifications d’acceptation ou de refus : 1er mars 2020

Comité scientifique (Responsable : Jérémi Sauvage)

Abry Dominique, Université Grenoble-Alpes

Auger Nathalie, Université Paul-Valéry – Montpellier 3

Avram Carmen, Université de Caen-Normandie

Guedat-Bittighoffer Delphine, Université d’Angers

Brodin Elisabeth, Université Grenoble-Alpes

Carette Emmanuelle, Université de Lorraine

Charnet Chantal, Université Paul-Valéry – Montpellier 3

Dufour Sophie, Université Lyon 2

Gardies Patricia, Université Paul-Valéry – Montpellier 3

Guesle Catherine, Université de Pau et des Pays de l’Adour

Larrivée Pierre, Université de Caen-Normandie

Mabrour Abdelouahad, Université d’El Jadida, Maroc

Mangenot François, Université Grenoble-Alpes

Maurer Marie-Thérèse Université Lyon 2

Péréa François, Université Paul-Valéry – Montpellier 3

Prunet Anne, Université de Caen-Normandie

Richard Elisabeth, Université Rennes 2

Ruchot Thierry, Université de Caen-Normandie

Salam Pierre, Université du Maine

Sauvage Jérémi, Université Paul-Valéry – Montpellier 3

Soubrié Thierry, Université Grenoble-Alpes

Comité d’organisation (Responsable : Anne Prunet)

Avram Carmen

Gemain Zoé

Guern Cédric

Leclerc Stéphane

Ledot Gwenaëlle

Lobstein Eric

Prunet Anne

Ranguin Cécile

Véron Benoît

Bibliographie indicative

Aden, J. et Weisenmann D. (2012). “La médiation linguistique : entre traduction et enseignement des langues vivantes.” Études de linguistique appliquée, N°167.

Burrows, A. et al. (2019). “Repenser l’étude des langues à l’université : le défi des humanités numériques ?” Études de linguistique appliquée, N° 193.

Defays, Jean-Marc (2018). Enseigner le français langue étrangère et seconde. Approchehumaniste de la didactique des langues et des cultures. Mardaga supérieur.

Germain, C. (2017). The Neurolinguistic Approach (NLA) for Learning and Teaching ForeignLanguages - Theory and Practice. London, Cambridge Scholars Publishing.

Kumaravadivelu, B. (2006). Understanding Language Teaching From Method toPostmethod.https://www.researchgate.net/publication/242086730_Understanding_Language_Teaching_From_Method_to_Postmethod

Kumaravadivelu, B. (2003). Beyond Methods: Macrostrategies for Language Teaching, YaleUniversity Press

Laurens, V. et Véronique, D. (2017). « Recherches sur l’acquisition et l’enseignement deslangues étrangères : nouvelles perspectives. » Le Français dans le Monde,Recherches et application, n°61.

Mangenot, F. (2007). Distances et savoirs, Online Communication in Language Learning and Teaching : une approche commune ? Vol.5.

Mangenot, F. et Phoungsub M. (2010). Un dispositif d'aide à la rédaction par incitations etsocialisation. Revue française de linguistique appliquée, 101-119.

Paveau M.A. 2012, « Genre de discours et technologie discursive. Tweet, twittécriture ettwittérature », https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00824817/document.

Porquier, R., & Py, B. (2010/2004). Apprentissage d’une langue étrangère : contextes et discours. Paris : Didier.

Sauvage, J. & Billières, M. (2019). « Enseigner la phonétique d’une langue étrangère. Bilan et perspectives ». Revue de Didactique des Langues et des Cultures, 16-1. https://journals.openedition.org/rdlc/4219

Personnes connectées : 1